mercredi 18 mai 2011

POURQUOI J'ATTIRE LES SALAUDS (4éme) Driver, injonctions et contre-injonctions.

POURQUOI J'ATTIRE LES SALAUDS? (4éme Partie)

Son Driver, injonctions et contre-injonctions parentales

Eve petite fille, a reçu de ses parents ou figures parentales autre chose qu'une éducation comme il faut.
Elle a aussi reçu les croyances, les messages verbaux, non verbaux des ses référents puis les a intégré ou rejeté selon sa perception d'elle-même et du monde qui l'entoure.
Ces messages, s'appellent des messages scénariques sur lesquels elle va elle-même construire son scénario de vie.
Il n'est pas rare d'ailleurs que les enfants construisent le même scénario avec quelques variantes près que ceux de leurs parents ou arrières grands parents. Les messages non verbaux sont puissants car c'est avant tout la perception du petit enfant qui va le transformer en message verbal.

Un exemple: Bébé, maman me prend dans ses bras avec chaleur et me caresse la joue en me parlant ou chantonnant, je me dis «maman m'aime et m'accepte » puis papa arrive... j'ai fait dans ma couche et papa en me prenant dans ses bras, fait la tête en sentant une odeur désagréable, il m'éloigne de lui en me prenant à bout de bras et là en plus j'ai un renvoi nauséabonde, papa dit à maman: «tiens, prends ton fils, pouah !!!!» et là je me dis « papa ne m'aime pas !, il me rejette », C'est faux, mais c'est ma perception...

Ensuite, enfant je vais observer comment maman ou papa font pour obtenir ce qu'ils veulent de l'autre et de moi. Maman pleure pour obtenir ce qu'elle veut et papa lui crie très fort, je vais enregistrer ce mode de communication et plus tard je vais reproduire ce schéma parental pour obtenir ce que je veux... et adopter la technique qui me semble le mieux marcher pour moi.

Ensuite, je vais être abreuvé de toutes sortes de phrases: «Dépêche-toi un peu ! Les garçons, ça ne pleurent pas ! Arrêtes de faire l'imbécile ! Fais confiance en personne ! Etc...»

Donc, revenons à Eve. Qu'à t-elle bien pu ressentir ou observer ou entendre dans sa prime jeunesse?

DRIVER: C'est un ensemble de comportements qui se déroulent durant quelques secondes et qu'un individu va faire en réaction à un stimulus transactionnel (message verbal ou non verbal de l'autre ou d'un événement), et de par son comportement va entrer dans son contre-scénario négatif.

Le driver d'Eve est: Fais des Efforts. J'ai longtemps cru que c'était à tort «Fais plaisir» puisque Eve, en quête du prince charmant et de l'homme idéal va tout faire pour séduire l'homme de ses rêves et lui faire plaisir. Eve va tout faire, faire des efforts sur elle-même, sur ce qu'elle est, pour mériter son prince et lui (le manipulateur, le crapaud) le sait et il va en jouer... rien ne sera assez bien, assez bon pour lui et il faudra TOUJOURS à Eve de faire des efforts pour gagner son amour. Elle est enfin avec lui et commence à douter d'elle-même « c'est trop beau pour être vrai, il est trop beau, trop gentil, je suis trop heureuse etc...», alors elle va redoubler d'efforts pour ne pas le perdre.
Quand le manipulateur va déceler en elle ses faiblesses (nous en avons tous et c'est ce qui nous rend beaux), il va les pointer en reproches et Eve va de nouveau faire des efforts encore et encore... Ça ne vous rappelle rien ?
Si elle voulait seulement lui faire plaisir, aux premiers reproches, à la première désillusion, elle partirait déçue et dépitée. Mais voilà, Eve reste et elle s'accroche, elle se culpabilise que son prince ne soit plus satisfait d'elle et donc...fait des efforts sans fin et en vain.

Le processus scénarique de Fais des efforts est d'ailleurs le scénario TOUJOURS (voir article 2).

SON INJONCTION: C'est un message scénarique négatif émis par l'état du moi «Enfant» du parent et stocké dans l'état du moi «Enfant» de l'enfant.

Papa a certainement envoyé à sa fille l'injonction: «Ne grandis pas», reste ma petite princesse à moi, souvent il emploie le terme «ma fille au lieu du prénom».
Ne grandis pas veut dire aussi «Ne me quitte pas». Tant que tu resteras une petite fille, tu m'aimeras.
Cela peut aussi dire «Ne sois pas sexy», Eve est devenue assez grande pour que l'on remarque sa féminité et papa a peur de sa propre réaction sexuelle, alors il émet des messages non verbaux de distance physique et émotionnel que Eve va interpréter comme une injonction qu'il ne faut pas qu'elle grandisse et devienne sexuellement une femme. Eve va donc faire des efforts pour devenir une femme sexuellement accomplie, sexy et c'est ainsi que des victimes de PN vont se retrouver à faire des choses incroyables...

Maman a certainement envoyé à sa fille l'injonction: « Ne sois pas proche», dans le sens affectif et physique, ce sont en général les familles où l'on ne parle jamais de ce que l'on ressent et où les non-dits, secrets de famille sont présents. La variante est «Ne fais pas confiance...aux hommes».
En conservant son injonction, Eve va se méfier des hommes et inconsciemment va tomber que sur des hommes en qui elle ne peut avoir confiance, confirmant ainsi son scénario de vie. C'est ainsi qu'au début, Eve ne croit pas à cette histoire d'amour «c'est trop beau pour être vrai...» et Eve va donc redoubler d'efforts pour se convaincre du contraire, être à la hauteur. C'est ainsi qu'un PN va être perçu comme un être extraordinaire, un prince charmant car Eve va l'idéaliser au delà de ce qu'il est vraiment pour se convaincre du contraire et ne va pas voir consciemment les signes avant coureurs de la manipulation. La déception va être plus tard à la hauteur de ses espérances: effectivement « Je ne peux pas faire confiance aux hommes».

SA CONTRE-INJONCTION: C'est un message scénarique émis par l'état du moi «Parent» du parent et stocké dans l'état du moi «Parent» de l'enfant.

Ces messages peuvent être le contraire des injonctions ou bien peuvent les renforcer.
On peut imaginer donc que Papa puisse dire: «Travaille dur! Ma fille » sous-entend «...si tu veux grandir, être grande» renforçant ainsi son driver et maman: « les hommes sont tous des salauds !» sous-entend «ne fais pas confiance...» renforçant ainsi son injonction.
Ces commandements, Eve en a reçu des milliers, alors vous: qu'elle était la phrase préférée de votre père et mère ?

LE PROGRAMME: Le programme est composé de messages verbaux qui indiquent comment on fait les choses. Parmi les plus courants:
Papa: «Voici comment on fait pour être une gentille petite fille sage ou être première de la classe »
Maman: « Voici comment on fait pour être une femme ou comment faire plaisir à un homme»

Eve va ainsi construire sa propre matrice scénarique entre contradictions, commandements et croyances de ses parents ou figures parentales. Elle va faire son propre choix de vie et une fois son scénario posé, elle va s'évertuer inconsciemment à le confirmer en le réalisant avec des personnes correspondants à son scénario de vie.

Rien ne nous arrive par hasard et on ne rencontre pas les autres par hasard...on les attire à nous...

Prochain article: Ses croyances.

Chaleureusement
Christophe GEORGIN

3 commentaires:

  1. Dites moi si je me trompe mais il me semble que Eve a du déjà faire des efforts, petite, pour plaire à son père.
    Dans le cas présent, il se peut certainement qu'elle n'ait pas reçu ce qu'elle espérait et qu'elle se remette dans la même situation "d'échecs" attendant que son conjoint comble ses manques.
    Le PN va alors déployer des trésors d'ingéniosité pour lui faire croire qu'il comble tout cela (en la faisant parler).

    Le message paternel qui "interdit" à sa fille de grandir m'interpelle car j'ai appris en effet que le fameux démon de midi dont on parle au sujet des hommes est surtout une fuite face à sa fille devenue une adolescente / femme.

    Rien ne nous arrive par hasard... je suis tellement d'accord ! :)

    Extrêmement bien expliqué tout cela. Merci pour votre partage.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Proelia, (j'avais écorché votre prènom)

    Bien sûr, la petite fille a elle aussi son complexe d'electre (carl jung)avec une attirance pour le 1er homme de sa vie: son père. De la façon dont elle va vivre et appréhender son complexe (acceptation, rejet, refoulement), va ensuite déterminer sa façon de concevoir sa relation aux hommes.Pour ce qui est du manque, Freud disait "un couple est la rencontre de deux névroses" et bien sûr, dans toute relation dite "symbiotique" on va rechercher chez l'autre le manque, le vide qu'il y a en nous et l'image du père ou de la mère que l'on a perdu. Cela peut-être aussi à l'inverse une image idéalisée, magique du père ou de la mère qui est contraire à celle que nous avons ressenti petits et c'est bien pour ces raisons diverses que l'on ne rencontre jamais l'autre "par hasard"...Joli commentaire et bonne réflexion de votre part, merci pour ce partage.
    Chaleureusement

    RépondreSupprimer