lundi 21 novembre 2011

ARRETONS LE MASSACRE !!! (Coup de colère)

Ce blog a un but psychologique avant tout et vous aurez remarqué que mes deux derniers articles traitent plus de faits de société ( violence des enfants, de la société et crise économique, sociale et politique) mais trop c'est trop! Je souhaiterai que chaque Adulte responsable qui lit ce nouvel article se pose la question suivante:
                                                         
                                                         ET SI C'ÉTAIT MON ENFANT ?                  

Comme je l'avais mentionné dans mon précédent article (La violence des enfants), il ne se passe pas un jour sans lire dans les journaux ou entendre à la télévision un drame horrible concernant une famille décimée par la folie d'un de ses membres, un viol collectif sur de jeunes mineures par des mineurs, des crimes en voulez-vous, en voilà et touchant côté victime et bourreau de plus en plus de jeunes. TROP C'EST TROP !
Et ce qui me met en colère aujourd'hui, c'est à chaque fois le même discours...c'était une personne sans histoire qui a soudain "pété les plombs", c'était un jeune timide, dans sa bulle, passionné de jeux vidéos, c'était un multi-récidiviste remis en liberté, c'était une personne qui présentait des troubles psychiatriques et qui était suivi...par qui ? quelle institution ?
A chaque faits divers, à chacun de jeter sur l'autre la responsabilité d'un drame qui aurait pu être évité alors qu'il est de la responsabilité de l'état et des pouvoirs publics d'éduquer socialement, de prévenir et de protéger ses concitoyens.
A chaque fois, on s'interroge sur les mêmes failles, dysfonctionnements d'un système éducatif, de santé, d'ordre public et de justice qui part en friche par manque de moyens et de personnel, et des réformes répétitives déstructurant ce qui était établi.

30400 fonctionnaires de moins en 2012
Le projet de loi de Finances pour 2012 prévoit la suppression de 30.400 postes dans la Fonction publique d'Etat dans le cadre du non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux, portant à 150 000 le nombre des postes supprimés depuis 2008.

Dans le détail, les ministères les plus touchés en 2012 au sein de la Fonction publique d'Etat, qui réunit quelque 2,4 millions d'agents, seront l'Education (-14 000 postes), la Défense (-7462), l'Intérieur (-3621) et le Budget (-2870). A l'inverse, 515 emplois doivent être créés au ministère de la Justice et aucune suppression de poste n'est prévue au ministère de l'Enseignement supérieur.
En 2011, 31.538 postes avaient été supprimés et 33 749 l'année précédente en équivalent temps plein (ETP), dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP), destinée à réduire les dépenses publiques et mise en place en 2007.(Source: La Voix du Nord le 28 Septembre 2011).

Education nationale: Ainsi aux 14 000 suppressions de postes de titulaires au ministère de l’éducation nationale, s’ajoutent des suppressions d’emplois aidés qui participent aujourd’hui au bon fonctionnement des écoles. Ce sont les missions d’aide administrative auprès des directeurs qui sont les plus touchées.(Source: SNUipp-FSU le 01 Septembre 2010).
Santé: Mais dans les hôpitaux, “plus de 9 800 emplois ont ainsi été supprimés, dont près de 5 000 personnels soignants” souligne la FHF.(Source: infos.emploipublic.fr du 17 Mars 2011).
Police: 8.000 suppressions de postes programmées dans les rangs de la Police Nationale entre 2010 et 2012, soit pas moins de 10 % des effectifs des policiers en tenus.(Source: http://aulnay.autrement.over-blog.com du 16 Novembre 2009).
Justice: Le Syndicat de la magistrature prend connaissance avec consternation des annonces brutales tombant, jour après jour, dans tous les tribunaux. En début d’année, les cours d’appel se sont en effet vu notifier par la Chancellerie un abaissement très important des crédits affectés à la rémunération des magistrats, fonctionnaires, juges de proximité, vacataires, assistants de justice et stagiaires. Les chefs de cours doivent donc prendre des mesures drastiques et brutales, qui sacrifient l’ensemble du fonctionnement judiciaire : non-renouvellement des contrats des vacataires, suppression des emplois d’assistants de justice, réduction des vacations des juges de proximité aboutissant, dans certaines régions, à leur quasi-disparition.
Ces nouvelles restrictions aggravent encore la faillite de la justice. Le Syndicat de la magistrature avait déjà récemment dénoncé l’état de cessation des paiements de certaines juridictions.(Source: Syndicat de la magistrature le 18 Février 2010).

Et après, on ose nous parler de probables dysfonctionnements?


Pour reprendre le leitmotiv de nos chers ministres, ce qui: "est grave et irresponsable" , ce ne sont pas les  déclarations de Yannick Noah, le programme des autres partis, la pensée de leurs adversaires politiques, la sortie progressive du nucléaire, c'est leur inaction et leur incompétence après chaque drame, résultante d'une politique sociale désastreuse où règne l'insécurité de l'emploi, sociale, juridique.



A chaque fois, le gouvernement va répondre par une série de mesures répressives pour punir ces crimes odieux mais ne se penche pas sur LA PRÉVENTION afin d'éviter de telles horreurs.
A chaque fois, dans l'émotion intense que suscite ces drames, on s'attaque aux conséquences mais jamais à la cause:
Qu'est-ce qui amène un homme, une femme, des enfants de plus en plus jeunes, à commettre des crimes de plus en plus abjects et d'une violence inouïe ?
Cette question, nos responsables politiques devraient se la poser sérieusement au lieu de compter les morts et de s'en prendre aux psychiatres, aux juges.

En 2002, Madame Blandine Kriegel a remis un excellent rapport au Ministre de la Culture et de la Communication Monsieur Jean-Jacques Aillagon sur LA VIOLENCE A LA TÉLÉVISION dont lien ci-joint:
Rapport Kriegel
Elle y aborde l'influence néfaste et destructrice sur les enfants et jeunes adultes des programmes de violence à la télévision, de pornographie accessible sur internet, des jeux-vidéos, de la violence accrue en milieu scolaire et du rôle de l'éducation nationale, les publicités, et propose des solutions pour enrayer et prévenir cette violence.  
" Le rapport de la Commission Kriegel dresse le portrait d’une violence gratuite, dénuée de sens, qui plus est "exhibée" par certains réalisateurs. Elle propose des mesures pour mieux la contrôler, provoquant le tollé d’une partie des milieux du cinéma et de l’audiovisuel."  Dossier DOCTISSIMO
Qu'est-il advenu de ce rapport ? Des solutions ont-elles été mise en place?

Il est de la responsabilité de chaque parent d'inculquer à ses enfants les valeurs morales, le civisme, le sens de la vie et de le protéger face à une société médiatique et audio-visuelle perverse, violente et permissive et d'expliquer à ses enfants que la violence n'est pas le seul moyen d'expression pour évacuer sa frustration, que la pornographie n'est pas l'expression de l'amour entre deux êtres, que les jeux vidéos de guerre, de meurtre ou de viol n'est pas la vie mais mène irrémédiablement à la mort, la folie ou la prison.
La vie n'est pas un jeu, on ne ressuscite pas, on ne recommence pas une autre partie.

Arrêtons le massacre de nos enfants !!!
Arrêtons de les aliéner devant des programmes télé-poubelle où le sexe, le fric, la célébrité sont faciles, les séries américaines où les scènes de crimes sont centrales et détaillées dans leurs moindres détails (depuis ces séries, maintenant on brûle les victimes pour empêcher toutes traces ADN et on y explique ce qui a fait tomber le meurtrier), ces films où les tueurs, psychopathes sont des héros, ces émissions où les accusés ont un hommage-témoignage sur leurs méfaits et crimes, ces publicités où la femme est un pur produit de consommation sexuelle, tous ces sites pornographiques sur internet non payant, non sécurisé et déviants, ces magazines qui prônent aux plus jeunes l'art de séduire, ces lignes de lingerie sexy pour les plus jeunes etc...
Arrêtons de vouloir les sexualiser avant l'âge !

Il est temps de laisser nos enfants tranquilles, de les laisser vivre leur âge d'enfant, de les laisser se construire et grandir sereinement dans un cadre familial, social et politique sécurisant. Où sont passées les émissions éducatives? Les dessins animés et émissions pour la jeunesse?
Au lieu de les gaver quotidiennement dans un monde d'adulte dénué de sens et de valeurs morales.

La violence quotidienne de notre société n'est que la conséquence d'un profond mal-être social.
Le manque d'éducation civique, d'encadrement, de soins de santé, d'ordre public et de justice, et l'aliénation de masse par les médias, l'audio-visuel, les publicitaires, en sont la cause.
Les enfants ne naissent pas avec un gêne psychopathologique, ils ne naissent pas délinquants, ils le deviennent...
Il est de la responsabilité de l'état, de la société et de nous tous, de s'interroger sur elle-même, sur nous-mêmes, afin de ne plus se faire complices de crimes.

Chaleureusement
Christophe GEORGIN   

               

Aucun commentaire:

Publier un commentaire