mercredi 25 juillet 2012

L' ENTREPRISE (4) LE CANON ET LA CULTURE DE L'ENTREPRISE

Le canonLa constitution et les lois 

Exactement de la même façon que pour un pays qui a besoin d'un président, d'un leader désigné; une entreprise a une constitution, qui s'appelle en analyse transactionnelle le "canon", et que nous retrouvons dans chaque statut juridique, social et fiscal. Chaque statut, régime est définie par des lois strictes.
La constitution de l'entreprise spécifie la dénomination (statut, nom, activité) et l'objectif de l'entreprise qui est de:
- Proposer un service - Vendre ce service - Réaliser un chiffre d'affaire - Prendre des parts de marché - Faire des bénéfices
 Pour atteindre cet objectif, l'entreprise pratique donc une activité que nous retrouverons dans la partie Travail du groupe.

Conformément à la constitution de l'entreprise, il y a des lois internes, des règles, à suivre et à respecter afin d'atteindre l'objectif fixé par l'entreprise:  le fonctionnement de chaque service, les procédures de travail, nomenclatures, fiches de poste, plans et stratégies marketing, de ventes, plans de financement.
Ce sont ces lois et règlements internes qui vont contribuer au processus (son fonctionnement) de l'entreprise et au-delà de sa survie en interne et en externe (environnement de l'entreprise).
Autre partie de la constitution, la procédure d'amendement, c'est-à-dire la manière de changer légalement la constitution et surtout la structure organisationnelle. Les restructurations d'entreprises font partie de la procédure d'amendement.  

La culture du groupe

Elle comporte 3 aspects: technique - étiquette - caractère 

La Technique est la partie "Adulte" de l'entreprise, le rationnel, c'est-à-dire toute connaissance technique, scientifique ou autres pour l'activité et la bonne marche de l'entreprise.
L'étiquette est l'aspect "Parent", la tradition: elle donne forme au processus de groupe et renforce le contrat social en terme de reconnaissance de l'image de l'entreprise  et de l'image de soi au sein de cette entreprise.
L'étiquette touche donc de près à la survie du groupe et son maintien a priorité sur l'activité elle-même.
Difficile de croire en effet, un bon fonctionnement de l'entreprise quand l'étiquette est attaquée ou bafouée ou minée par des conflits internes ou externes.
Le caractère est la partie "Enfant" de sa culture, la partie émotionnelle. C'est l'ensemble des comportements que l'étiquette permet à chacun et que chaque membre peut mettre à profit pour exprimer sa personnalité sans être considéré nuisible ou portant atteinte à l'étiquette de l'entreprise.

La culture du groupe est en relation étroite avec le leadership tant passé que présent.
Une culture "ferme" est celle où chacun sait où il se situe.
Une culture "labile" laisse l'individu dans le doute, manifeste des incohérences et altère le moral de ses membres.   

Prochain article:  La structure privée et l'imago au sein de l'entreprise (5)

Christophe Georgin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire