lundi 8 octobre 2012

ALORS, QUE FAIT-ON, MAINTENANT ?

Je me demande quand je consulte les articles dans les journaux, que je regarde et écoute les informations, que j'entends les déclarations des uns et des autres, que je lis les sujets et commentaires sur les réseaux professionnels de gens passionnés, je me demande si nous ne sommes pas en pleine crise existentielle et devant une impasse sociale !

" C'est la crise !!! C'est la crise !!! " Oui, c'est la crise financière nous martèle-t-on à longueur de journée. Donc en toute objectivité, c'est qu'il y a un problème, que quelque chose n'a pas fonctionné correctement, que le système passé et/ou actuel a dysfonctionné, sinon il n'y aurait de crise.
Des experts de tous horizons se sont alors penchés sur le "malade" et tous ces experts économistes, sociologues sont au moins d'accord sur une chose: ÇA NE MARCHE PLUS !
Alors, je pose la question: Pour guérir cette maladie, pourquoi donne-t-on les mêmes médicaments et la même posologie que ce qui a rendu malade la société toute entière ?
Le cancer du chômage, de la récession économique a été dépisté et désespérément, à coups d'aspirine, de pommades antidouleurs, de recettes homéopathiques, les politiques tentent d'éradiquer ce cancer qui se généralise. Des économistes, des éditorialistes spécialisés hurlent que les mesures qui sont prises sont contraire à la croissance et tout se passe comme si de rien n'était. 
Alors, que fait-on ? Je ne comprends pas sinon une chose, c'est que personne ne semble avoir de solutions.

Pour qu'il y ait de la croissance, il faut du capital, de l'investissement, le capital créé l'emploi mais voilà, nos chers politiques taxent le capital et les entreprises comme jamais.... qui s'en vont.
Pour qu'il y ait de la croissance, il faut de la compétitivité, que le coût du travail soit moins lourd mais voilà, pour cela il faut baisser les charges patronales ou les salaires et ça, les salariés ne veulent pas en entendre parler ! et crient: " A MORT LES ENTREPRENEURS , LES PATRONS, LES RICHES ! "
Ne changeons rien et les plans sociaux, les délocalisations, les licenciements, les faillites, les liquidations judiciaires continuent !
Et que deviennent les salariés à terme ? Des salariés sans emploi !
Pour qu'il y ait de la croissance, il faut du pouvoir d'achat, de la consommation, que les salariés achètent mais voilà, nos chers politiques augmentent les impôts, taxe le travail et la vie quotidienne ne cesse d'augmenter, les prix augmentent...
Et que vont devenir les salariés qui ne peuvent plus consommer et faire vivre les entreprises ? 

Les salariés sont opposés à une augmentation de la CSG pour compenser un allégement de charges des entreprises afin qu'elles soient un peu plus compétitives (sondage BFM TV:  NON à 85% ).
Ils ne veulent plus se sacrifier encore et toujours au profit du patronat. Bien, à terme, ils n'auront plus d'emploi car leur entreprise est malade de ce cancer, si l'entreprise n'a plus de chiffre d'affaires, elle ne peut plus payer ses salariés. Si l'entreprise ne peut plus faire de bénéfices, avoir du capital, elle ne peut plus embaucher, ni réinvestir.

Les salariés, le patronat, les syndicats sont incapables de s'entendre, de se comprendre et s'opposent les uns aux autres.
Alors ? Que fait-on ?

Les Français sont atteints eux-même de ce cancer.
Ceux qui ne travaillent pas se plaignent du chômage et du manque d'offres, les entreprises qui embauchent se plaignent à 80% de ne pas trouver leurs candidats ???? (source MEDEF) et ceux qui travaillent se plaignent de leur emploi à 92% (épuisement professionnel, stress, harcèlement, dépression, burn-out).
Quelque chose ne tourne pas rond.

Sur les réseaux professionnels (Viadeo, Linkedin), nombreux sont les sujets sur le mal-être au travail, les mauvaises méthodes de management, le fonctionnement des Ressources Humaines.
Nombreux sont ceux qui se plaignent et un constat est globalement fait: ÇA NE MARCHE PLUS OU MAL.
Alors, changeons simplement de méthode de recrutement, de management, de fonctionnement RH... et bien, non ! (????)
Combien sont les RH, les bureaux de recrutements, les entreprises qui décident de changer ou d'améliorer leurs méthodes ? Combien sont les entreprises qui se sentent concernées et s'impliquent dans le mieux-être au travail de ses salariés ? Les risques psychosociaux sont à la mode mais combien appliquent les préventions réellement ?
La France en queue de peloton des entreprises où il fait bon travailler 
Bizarrement, pas de chiffres sur le pourcentage d'entreprises françaises concernées par le bien-être au travail.
Encore une fois, un constat est fait mais rien n'est fait pour que cela change.
Les entreprises disent:  Nos salariés ne vont pas bien, ils sont malades...
Les salariés disent: Ce n'est pas nous qui sommes malades, c'est notre travail (notre employeur)...
Mais qui travaillent ? 

Idem pour la flambée de violence dans notre société, la propagation hallucinante de la délinquance, d'actes racistes, la stigmatisation des différentes communautés qui se montent les unes contre les autres.
Un constat est fait, une réalité à quoi les forces de l'ordre répondent quand des citoyens les sollicitent:
" On ne peut rien faire " , les préfets " On ne peut rien faire ", les maires " On ne peut rien faire ", la justice "On ne peut rien faire ", les pouvoirs politiques " Que faisons-nous ? ".
Alors, ne faisons rien puisqu'il n'y a rien à faire... et comptons nos morts et nos chômeurs.

J'ai le sentiment profond que notre société est donc en pleine crise existentielle car il n'y a plus de cadre, de références, de sens et se trouve ainsi face à une impasse psychologique.
Inconsciemment, notre société néglige les solutions appropriées à la résolution de leur problème... et attend un providentiel messie qui n'existe pas sinon dans les croyances religieuses.

ALORS, QUE FAIT-ON MAINTENANT ?

Prochain article:  LES MÉCONNAISSANCES
Cordialement

Christophe Georgin.

http://www.ne-plus-etre-victime.com/index.html



       

   
 

 
           
  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire