dimanche 29 janvier 2012

LE DILEMME DE L'APAGOGIE POSITIVE CHEZ L'AUTRUCHETTE: MAYA ET LE ROYAUME DES DARDS

Vous ne vivez décidément pas sur la même planète, si vous n'avez pas entendu parler du retour fracassant et sponsorisé de MAYA l'abeille par le très célèbre couturier " Flip la sauterelle ". 
Un retour sous les flashes crépitants, le tout Paris à ses pieds, l'événementiel défilé de lingerie sexy MAYA.
La "Une" des magazines féminins, couv', interviews, reportages TV pour celle qui était avant la Reine des P.... et oui...mais ça, c'était avant. 
Dès l'âge de 16 ans, à l'heure des premiers émois sentimentaux, à l'éveil de la découverte de la sensualité, la petite MAYA décida de voler de ses propres ailes, et pompait déjà le dard de ses petits camarades au lieu de butiner de jolies fleurs. 
Il est vrai qu'elle est pourvue d'une belle nature: taille de guêpe, pattes fines, segment cambré à souhait, bouche butineuse, elle se dit que la nature l'ayant ainsi composée, qu'elle allait faire couler le miel dans la ruche des rushs éditorialistes. 
N'étant pas habitée d'un esprit vénéneux mais vénal, elle décida d'offrir ses services d'aide sociale à la bande de Winnie l'ourson. Et je peux vous assurer qu'il faut vraiment avoir de la volonté, de l'abnégation pour se taper Bourriquet qui a pas mal de soucis avec sa queue qu'il doit souvent ré-épingler, Porcinet et Coco Lapin. Une fuite savamment orchestrée et voilà le scandale qui éclate au pays de Walt Disney !!!
BINGO ! Elle a compris depuis longtemps quel était le chemin de la réussite dans ce monde de fous: épingler, piéger un "people" et surfer sur la vague du succès même si celui-ci se doit d'être abject ou immoral.
L'important est d'être sous le feu des projecteurs...
Maya ainsi récompensée de ses frasques sexuelles et de sa vénalité, récolte encore plus de miel en accordant interview, séances photos dans de prestigieux magazines.  
Désormais riche, Maya protège son prénom pour plusieurs secteurs d'activités, lingerie fine et sexy, huiles de massage, cosmétiques, sacs de voyages, bijoux, préservatifs, ou la production de films et émissions de télé.
Croyez-moi, vous allez en manger du Maya l'abeille à défaut de le chanter.
C'est l'association des fourmis qui va être contente de l'image véhiculée dans ce monde d'insecte.

A toutes les cigales et petites fourmis, je vous en conjure: ne prenez pas la mouche! N'ayez pas le bourdon ! N'ayez pas le cafard !
Vous aussi, vous pouvez réussir comme d'autres, comme elle: attirez le miel, le fric, le chic, les rushs en dévoilant votre plastique anatomie et en faisant don de vos dons innés.
Piégez un "people" et vous en serez récompensée, les cancrelats adorent ça !

Christophe Georgin
         

Aucun commentaire:

Publier un commentaire